Trèfle : la pelouse alternative !

trèfle clover pelouse aleternative

Nous cherchons de plus en plus à harmoniser notre quotidien avec la biodiversité naturelle de nos environnements, les alternatives au gazon prennent de plus en plus de popularité… Voici un article sur une de nos alternatives favorites à la pelouse : le trèfle !

D'où viennent nos pelouses ?

pelouse gazon

Principalement composées d’un mélange de graminées; la pelouse est une grande consommatrice d’eau. De plus, elle demande beaucoup d’entretien et d’attention afin de maintenir une apparence optimale. Popularisées par l’élite des années 1700 qui désirait exhiber leur surplus d’espace inutilisé, mais parfaitement entretenu et verdoyant, les pelouses ont depuis gagné en popularité à travers la planète.

Vestige d’un passé aujourd’hui désuet, les pelouses parfaites ne devraient plus être favorisées dans nos jardins : étant jadis vue comme signe de richesse, aujourd’hui une pelouse verdoyante et uniforme est souvent synonyme de pesticide et d’engrais chimique.

Le trèfle : la pelouse alternative

Petits favoris de la quête écologique de nos jardins, le trèfle a fait ses preuves : plus vert, plus résistant, moins gourmand en eau et surtout, demandant moins d’entretien !

1) Beaucoup moins d'entretien

Moins de tonte :
En effet, le trèfle a une croissance plus lente que le gazon et avec une hauteur à maturité souvent moindre, il ne demandera donc qu’une, peut-être deux, tonte par saison!

Il y a même des variétés de trèfles nains qui ne demandent pas de tonte, comme le pipolina : https://jardinierparesseux.com/2016/05/11/le-micro-trefle/

Moins d’eau :
Le système racinaire du trèfle est bien plus développé en profondeur que les graminées : une pelouse de trèfle aura donc nettement moins besoin d’eau que du gazon, et n’aura donc pas besoin d’un arrosage aussi régulier tout en résistant mieux aux sécheresses.
Elle restera bien plus verte et cela nous permettra d’économiser de l’eau !

Moins de maladies :
Contrairement aux graminées qui peuvent être sujets à de nombreuses maladies (mildiou, rouilles, et autres maladies parasitaires / fongiques), le trèfle est bien résistant face aux maladies et parasites… son seul problème pourrait être les limaces et les lapins : cela permet donc d’éviter l’utilisation de pesticides !

2) Allié des pollinisateurs et des jardiniers

trèfle clover monarque pollinisateur

Des plantes mellifères

La floraison des trèfles offre une ribambelle de jolies petites fleurs blanches, ou rouges selon les variétés : du bonbon pour les abeilles et autres pollinisateurs (et parfois les enfants) !

Et, en plus de promouvoir la biodiversité urbaine, on en obtient un délicieux miel urbain
https://mielmontreal.com/

Allié dans la lutte aux vers blancs (scarabées japonais, hannetons…)
Le trèfle est aussi un allié incontestable contre les vers blancs et donc les scarabées japonais :  les larves de ces indésirables se nourrissent des racines des graminées comme le gazon et y prospèrent.
Le trèfle ne leur offre pas un environnement accueillant ni nourrissant : sans nourriture les larves ne se développeront pas et les adultes iront probablement se rendre un peu plus loin pour pondre.
Voilà donc un premier moyen naturel d’éloigner les scarabées japonais de votre potager.

 

Une fleur comestible et médicinale :

Les trèfles blancs et rouges sont des fleurs comestibles ! On pourrait les ajouter dans nos salades du jardin, ou encore en faire des tisanes ou teintures mères. Pour aller plus loin, voici un article et quelques idées de recette (lire l’article)

De plus, on utilise les fleurs pour certains usages médicinaux. Par exemple, pour l’asthme, une infusion de fleurs de trèfle blanc, de feuilles et de racines de molène reste un remède traditionnel. Les fleurs peuvent aussi être utilisées pour apaiser des affections cutanées (brûlures, eczéma).

 

3) Fixateur d'azote - engrais vert

Le secret de son succès : ses racines !

Nous en parlions précédemment, avec des racines plus profondes que celle du gazon traditionnel, le trèfle est plus résistant aux intempéries (dont les sécheresses) et nous permet d’économiser l’eau.

Mais ce n’est pas tout ! Comme les autres fabacées, le trèfle est doté d’une capacité fabuleuse à capter l’azote atmosphérique grâce aux nodules de ses racines, et de le fixer dans le sol sous une forme assimilable par les plantes, lorsque le pied s’est décomposé.

Il est de ce fait souvent employé comme engrais vert au potager !

N.B Le trèfle des prés (ou trèfle rose / Trifolium pratense) est également un bon décompacteur du sol du fait de son système racinaire profond.

 

En plantant du trèfle, nous évitons d’ajouter des engrais ou des insecticides à nos jardins, tout en économisant notre précieuse eau !

pelouse trèfle clover lawn

RESSOURCES et liens

http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/archives/rousseau/publi/Etudes_ethnobotaniques_quebecoises.pdf

https://plantes-sauvages-comestibles.com/le-trefle-des-pres-comestible-cru-ou-cuit/

https://jardinierparesseux.com/2020/11/04/les-hauts-et-les-bas-du-trefle-dans-la-pelouse/ 

https://www.lapresse.ca/photos/maison/jardinage/201807/30/01-5191270-du-trefle-dans-la-pelouse.php 

https://www.semisurbains.com/alternatives-a-la-pelouse-une-pelouse-ecologique/ 

François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, 1994