L’ABC de l’arrosage du jardin

L’arrosage, ça peut sembler bien banal ! 
Et pourtant, c’est une étape incontournable pour réussir son potager ! De plus, il s’agit souvent de la principale raison pour laquelle des apprentis-jardiniers (et même des vétérans!) perdent une partie de leurs récoltes.
Passons en revue quelques astuces pour un arrosage optimal !

1) arroser au bon moment et éviter le soleil!

Une erreur fréquente est l’arrosage de son jardinet à un moment inopportun. Il est préférable d’éviter l’irrigation de son potager lors du plus fort de l’ensoleillement, soit entre 10h et 16h. Arroser quand le soleil est à son plus chaud (et mouiller les feuilles) peut donner un choc à ses plants et en brûler les feuilles.

 

Aussi, l’arrosage par temps chaud est moins efficace : l’eau s’évaporera en touchant le sol et ne va pas bien irriguer le sol et les racines.

Arroser le matin est l’idéal : c’est un moment où les plantes du jardin vont bien absorber l’eau et cela les prémunira pour le reste de la journée ensoleillée, les protégeant ainsi de la sécheresse. À défaut, l’arrosage le soir quand le soleil a commencé à baisser permet aussi de bien humidifier son sol.

On évitera l’arrosage de nuit, car en l’absence complète de lumière, l’eau pourrait alors permettre l’apparition de moisissure ou de champignons.

Enfin, il faut se fier à son gros bon sens et regarder la météo! Une semaine de canicule demandera un arrosage plus fréquent (parfois deux fois par jour) et une journée entière de pluie soutenue ne demandera pas d’arrosage.
À noter: une simple averse n’est souvent pas suffisante pour humidifier le sol en profondeur et ne remplacera pas un arrosage en bonne et due forme.

2) mieux vaut arroser en profondeur plutôt que souvent

Donner de l’eau rapidement à son jardin de façon à ce que la terre devienne foncée en surface sauvegardera vos cultures, mais ne sera pas aussi efficace qu’un arrosage en profondeur. Se limiter à un arrosage superficiel va aussi encourager les racines à demeurer près de la surface et ne protégera pas vos plants de la sécheresse.

Combien de temps arroser ses plants ?

On veut arroser suffisamment pour que l’eau se rende bien en profondeur et amène les racines à descendre vers le bas. Ça demande un arrosage d’au moins 30 secondes par plant (dépendant du sol et de la technique… continuez la lecture!).

Il est clair que des semis fraichement mis en terre et des jeunes pousses demandent plus d’eau qu’un plan mature, dont les racines sont capables d’aller chercher l’humidité du sol. Il faut donc adapter la quantité d’eau à la maturité de sa culture. Des plantations en contenants demandent aussi un arrosage quasi-quotidien.

Une culture arrosée bien en profondeur peut permettre de ne pas arroser tous les jours (attention aux canicules!); cela aidera aussi au développement racinaire de la plante.

À noter: les bulbes (oignons, ail, etc.) demandent moins d’eau, on cherchera à les arroser moins et uniquement pendant leur formation. Dès que le feuillage est sorti, on réduit au minimum leur irrigation.

3) développer une technique de pro!

Une fois qu’on a déterminé quand arroser, il faut s’intéresser au “comment”. Oui, oui, il y a une technique à privilégier pour garantir un arrosage optimal de son jardinet !

Il faut éviter de créer de trop grosses flaques d’eau au moment d’arroser bien en profondeur ses cultures. Le truc est de passer à plusieurs reprises à un même endroit pour donner le temps au sol d’absorber l’eau et de continuer ailleurs dans son jardinet en attendant. Séparez votre jardinet en sections et arrosez-les tour à tour en repassant plusieurs fois dessus!  

De plus, il est conseillé d’arroser directement à la base des plants, et ce, de façon égale de chaque côté. On évite ainsi qu’une culture développe toutes ses racines du même côté du plan et on l’aide à se développe plus solidement dans toutes les directions! 

N.B. Si vous utilisez un boyau d’arrosage, une buse ou pistolet est fortement recommandé pour ne pas endommager vos plants : un débit d’eau trop fort peut faire des dégâts, particulièrement aux jeunes plants !

4) on évite de viser les feuilles!

ne pas arroser les feuilles

Alors ici, il faut pratiquer pour savoir viser. Des feuilles mouillées sont des feuilles susceptibles de brûler, de se fragiliser et de développer des maladies ou de la moisissure.  

Il est préférable de viser les racines de vos plants et d’arroser directement le terreau. Si vos plants de tomates sont devenus trop gros pour accéder facilement à leur base, pensez utiliser un arrosoir ou une tête de boyau qui saura se faufiler dans le feuillage.  

5) tout savoir sur l’eau à utiliser

L’eau de nos aqueducs convient parfaitement aux cultures du jardin.

Vous pouvez utiliser l’eau du boyau sans problème, donc, mais attention à celle qui en sort dans les premières minutes par journée très chaude! Un boyau inutilisé depuis quelque temps et qui a passé la journée au soleil vous réservera quelques secondes d’eau bouillante… Cette eau peut brûler vos plantes ou vos semis ! Il est donc préférable de ne pas l’utiliser directement sur les racines de vos cultures. Laissez couler un instant en arrosant ailleurs (comme dans un récupérateur d’eau!), avant de diriger le boyau vers le jardinet.  

Et l’eau de pluie ?
Plusieurs jardins communautaires sont équipés de récupérateurs d’eau, c’est donc une ressource qui permet d’économiser de l’eau du robinet. À température ambiante, elle est parfaite pour vos cultures, qui ne peuvent pas demander mieux!

Pensez-y donc, ça peut valoir la peine d’y remplir son arrosoir et la planète vous en remerciera! (on peut faire la même chose à la maison)

6) ouvrir les yeux!

Si les lignes qui précèdent vous mènent à penser que l’arrosage est une science exacte qu’il faut appliquer aveuglément, détrompez-vous!

Le jardinage est une affaire d’instinct et il faut donc ouvrir l’œil à ce que nos cultures nous disent. Ce n’est pas différent avec l’arrosage. Voici quelques exemples :

Si les feuilles de vos plants montrent des signes de sécheresse, telles des feuilles qui se recroquevillent, sèchent ou ramollissent, il vaudra mieux arroser davantage. Si au contraire vous apercevez des signes de moisissure (l’apparition de champignons ou du jaunissement), cela peut être dû à un arrosage excessif et il conviendra de réduire l’irrigation.

Il faut aussi adapter l’arrosage selon son type de sol! Un sol argileux qui n’absorbe pas l’eau après quelques minutes d’arrosage prendra plus de temps à se dessécher et demandera moins d’eau. A contrario, un terreau léger ne se déshydratera rapidement et pourrait demander plus d’arrosage.

Enfin, s’il faut se fier à son sens de l’observation, attention: ce n’est pas parce qu’un sol ne semble pas desséché et qu’il est foncé qu’il est bien humide. Il faut parfois pousser l’observation plus loin et mettre un doigt dans la terre pour voir ce qu’il en est de l’humidité du terreau en profondeur (on peut aussi le faire à la maison dans nos pots de fleurs pour éviter la pourriture des racines).

7) techniques complémentaires à l’arrosage

binage

Le binage : il suffit de gratter le sol en surface pour éviter la création d’une croute qui empêchera l’eau de bien pénétrer le terreau. On dit parfois “un binage vaut deux arrosages”, et c’est vrai!
Il faut toutefois faire attention de ne pas abimer les racines de nos plants et attendre que les semis aient levé suffisamment pour ne pas être atteints.

paillage

Le paillage : ajouter du paillis ou de la paille au sol, autour de ses plans, aide à conserver le sol humide par temps chauds, aide au développement racinaire et ralentit le développement de mauvaises herbes.
Pour lire notre article complet sur le paillis : ici

désherbage

Le désherbage : retirer progressivement les mauvaises herbes dans votre jardinet a aussi des vertus sur l’arrosage! Les mauvaises herbes sont en compétition avec les cultures pour les nutriments du sol, incluant l’humidité ; les retirer laisse donc toute l’eau du sol pour vos plants potagers.

En somme, l’arrosage est une part intégrante du travail du jardinier ou de la jardinière. S’il semble banal, il peut être facile de faire des faux pas en irriguant ses cultures, tout du moins il est possible d’améliorer sa technique!

La prochaine fois que vous saisirez le boyau d’arrosage, vous penserez aux astuces présentées ici.

Et n’oubliez pas de refermer le robinet: l’eau demeure une ressource épuisable !!!

Ressources